Contrairement à une idée communément admise, le Roller Derby n’est pas d’invention récente. Puisant sa source dans les courses sur patins à roulettes du début du XXème siècle, il passionnait déjà les Américains dans les années 1930. À cette époque, les compétitions s’organisent comme de véritables shows, commentés par des personnalités reconnues et retransmis à la télévision. Les joueuses sont alors des professionnelles rémunérées jouissant d’une reconnaissance médiatique importante.
Aujourd'hui, largement porté par des groupes issus de la culture alternative, le sport fédère désormais des joueuses dans plus de six cents ligues à travers le monde. En France, chaque ville de province possède son équipe et, partout en Europe, s’organisent des compétitions internationales.

L’extrême compétitivité, le dévouement et la puissance de l’engagement physique sont des qualités requises. Intégrer une équipe de Roller Derby c’est s’associer à un réseau de pairs et partager des valeurs communes. C’est faire l’expérience d’affects traditionnellement réservés aux hommes et stigmatisés par certaines femmes. C’est exprimer son attirance envers un sport féminin au sein duquel la grâce et l’agilité ne sont pas les maîtres mots.

Le Roller Derby appartient à ces nouvelles activités physiques, parfois appelées « post-sport », dont l’ambition consiste à laisser s’exprimer la personnalité des participantes tout en favorisant la construction d’une identité alternative. L’usage de pseudonymes et le choix des tenues sont donc au cœur du mouvement. Bloody Spark, Trash Poutine, Nana Fatale... dans le monde du Roller Derby il convient de se créer une identité d’emprunt inspirée de son tempérament et de détourner les stéréotypes de la féminité hégémonique.

--

Contrary to popular belief, Roller Derby is not a recent invention. With its roots in roller-blading races of the early 20th century, it already enthralled Americans in the 1930s. At that time, the competitions are organized as real shows, commented by recognized personalities and broadcast on television. The players are then paid professionals enjoying significant media recognition.
Widely supported by groups from the alternative culture, the sport now federates players in more than six hundred leagues around the world. In France, each provincial city has its own team and, throughout Europe, international competitions are organized.

Extreme competitiveness, dedication and the power of physical commitment are required qualities. To join a Roller Derby team is to join a network of peers and share common values. It is to experience assignments traditionally reserved for men and stigmatized by many women. It is to express one's attraction to a feminine sport in which grace and agility are not the key words.

Roller Derby belongs to these new physical activities, sometimes called “post-sport”, whose ambition is to let the participants’ personality express itself while promoting the construction of an alternative identity. The use of pseudonyms and the choice of outfits are therefore at the heart of the movement. Bloody Spark, Trash Putin, Nana Fatale... in the world of Roller Derby it is necessary to create a borrowed identity inspired by a temperament and to deflect the stereotypes of hegemonic femininity.