Saurions-nous citer à brûle pourpoint des femmes créatrices nées avant 1900 ?
Des noms viennent bien sûr : Camille Claudel, Rosa Bonheur, Artemisia Gentileschi. Bien peu en réalité.

Si la femme artiste n'a pas toujours eu le droit de citer dans l'Histoire de l'art, la féminité a toujours été, en revanche, un thème central de la création. Objet de culte sous les traits de déesses antiques, figures du foyer ou de la prospérité à la Renaissance et souvent aussi objet de désir. Ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que les femmes entrent sur la scène artistique en tant qu'auteures. Si la représentation de la femme change, le constat est pourtant sans équivoque aujourd'hui encore : si nous représentons la majorité des étudiants en écoles d'art, d'artisanat, de comédie, nous cédons le pas aux hommes dans l'univers professionnel de la création.
Cette série met en scène des femmes créatrices dans une esthétique faisant référence à la tradition picturale du portrait hiératique qui, en son temps, représentait les nobles, les puissantes, les reines. Les femmes photographiées sont comédienne, harpiste, metteure en scène, auteure, danseuse, chorégraphe ; elles incarnent différents visages de la féminité et une bribe de l'infini palette de l'expression artistique.

Ce travail a été réalisée dans le cadre du prix Dior de la photographie jeune talent par le collectif Chou&Chou formé avec Leslie Moquin.